Magazine Transatlantique - octobre 2012

 

Sommaire

Page principale du site

Numéro spécial 2012

Octobre 2012

15e année

Marie-Josèphe Angélique

 

LĠassociation Žconomico-fŽminine MULTIETHNIQUE (AECOMETH)
a contribuŽ ˆ la rŽhabilitation de Marie-Josphe AngŽlique

 


Mme Durosel avec Mme Gaby Jeanty et son mari Frantz KŽbreau, et Paul Brown (photo Roger Boisrond)

 

Alors que jĠŽtais membre du Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme (CCCSF), une institution qui donnait des avis au gouvernement fŽdŽral sur la condition fŽminine, jĠavais lancŽ lĠAs­so­ciation Žconomico-fŽminine multiethnique (AECOMETH) en 1992 en prŽsence des reprŽ­sen­tantes de plus de 150 groupes de femmes, de mi­nistres et mme dĠambassadeurs.  Le 8 mars 1986, JournŽe internationale de la femme, jĠai publiŽ avec AECOMETH et le Magazine Tran­sa­tlantique un do­cument sur la 4e confŽrence mondiale sur les femmes tenue ˆ Beijing en Chine en septembre 1995.  Notre publication fut lĠactivitŽ la plus im­por­tante au QuŽbec pour cette journŽe historique et a eu droit ˆ un Žditorial du quotidien La Presse de Mon­trŽal.  Il faut signaler que des femmes qui ont collaborŽ ˆ ce document ont fini par faire des carrires remarquables.  CĠest le cas de Madame Micha‘lle Jean qui allait devenir Gou­verneure gŽnŽrale du Canada, de Madame Diane Lemieux qui fut plus tard Ministre au Gou­ver­nement du QuŽbec, et Madame Franoise David, fon­datrice et coprŽsidente du parti QuŽbec Solidaire.

 

JĠai entendu parler du cas de Marie-Josphe AngŽlique pour la 1e fois par la PrŽsidente du CCCSF de lĠŽpoque, Madame Glenda Simms, une femme noire dĠorigine jama•caine et dĠune membre dudit conseil descendante de loyalistes noirs amŽ­ri­cains arrivŽs dans la province de la Nouvelle-ƒcosse aprs lĠIndŽpendance des ƒtats-Unis en 1776.  Plus tard, alors que jĠŽtais au Conseil des rela­tions interculturelles de MontrŽal (CARIM), et au conseil dĠadministration de la YWCA de Mon­trŽal, jĠai assistŽ ˆ une confŽrence de Monsieur Paul F. Brown qui le premier avait Žcrit un grand texte sur Marie-Josphe AngŽlique dans son livre Ç Ces Canadiens oubliŽs È il y a plus de trente ans.  Lorsque Monsieur Tchika mĠa parlŽ de son projet de faire nommer une place en hommage ˆ Marie-Josphe AngŽlique, je lui ai proposŽ de lui obtenir un appui de la FŽdŽration des femmes du QuŽbec qui a son sige sur la rue Sainte-ThŽrse o Madame AngŽlique a ŽtŽ exŽcutŽe et qui a rapi­de­ment envoyŽ une lettre au Maire de MontrŽal.  Plus tard, jĠai accompagnŽ Monsieur Tchika pour choisir entre deux endroits quĠavait proposŽs le Service de toponymie de la Ville de MontrŽal.  JĠŽtais donc trs Žmue le 20 fŽvrier 2012 lorsque le conseil muni­cipal de MontrŽal a approuvŽ ˆ lĠunanimitŽ la dŽsi­gnation de la Place Marie-Josphe AngŽlique.

 

Le 30 juin dernier, jĠai rŽuni chez moi un comitŽ provisoire pour proposer des activitŽs pour lĠinauguration de la Place Marie-Josphe AngŽlique qui a malheureusement ŽtŽ reportŽ ˆ une date ultŽ­rieure.  ƒtaient prŽsents ˆ cette rŽunion qui avait eu lieu le jour dĠanniversaire de mon fils a”nŽ, Paul Brown, pionnier dans le dossier de Madame AngŽlique, Madame Tetchena Bellange qui a pro­duit un documentaire sur le procs de Marie-Josphe AngŽlique basŽ sur le livre de Madame Denyse Beaugrand-Champagne, la pharmacienne et femme dĠaffaires dĠorigine ha•tienne Madame Gaby Jeanty et son mari et partenaire dĠaffaires Frantz KŽbreau, lĠŽcrivaine Marie-CŽlie Agnant, et Mon­sieur Lafontant, prŽsident de lĠAssociation des ensei­gnants ha•tiens du QuŽbec.

 

Nous attendons une nouvelle date pour lĠinau­gu­ra­tion de la Place Marie-Josphe AngŽlique dont nous vou­lons faire une grande fte populaire pour les Mon­trŽalais et les MontrŽalaises de toutes les ori­gines, et pour la dignitŽ humaine.  Comme fŽmi­niste, je me rŽjouis aussi que la Ville de MontrŽal ait enfin proclamŽ le 17 mai, jour du 370e anni­ver­saire de sa fondation, Jeanne Mance fondatrice de la Ville au mme titre que De Maisonneuve.

 

 

 

 

MercŽds Durosel

 

 

Magazine Transatlantique - octobre 2012