Magazine Transatlantique - octobre 2012

 

Sommaire

Page principale du site

Numéro spécial 2012

Octobre 2012

15e année

Marie-Josèphe Angélique

 

 

Une nouvelle piste de coopÉration entre les
infirmiÈres du QuÉbec et celles dĠHaÏti

 


 

La FŽdŽration interprofessionnelle de la santŽ du QuŽbec (FIQ), syndicat regroupant la majoritŽ des infirmires et infirmires auxiliaires du QuŽbec et dĠautres professionnelles de la santŽ oeuvrant en majoritŽ dans le service public de la santŽ du QuŽbec. avec plus de 60 000 membres est heureuse de soutenir le Syndicat du personnel infirmier (SPI) d'Ha•ti pour faire reconna”tre l'apport et le r™le de leurs membres dans le renforcement du systme de santŽ ha•tien.

 

Le Syndicat du personnel infirmier (SPI) est un acteur incontournable du milieu de la santŽ en Ha•ti. FondŽ en 1986, le SPI reprŽsente les infirmires, les infirmires auxiliaires et les aides en soins prŽsentes dans toutes les rŽgions du pays. En plus de faire valoir de meilleures conditions de vie et de travail pour leurs membres, cette organisation syndicale est engagŽe pour assurer de meilleurs soins de santŽ ˆ la population.

 

RŽgine Laurent, prŽsidente de la FIQ, dĠorigine ha•tienne et premire femme noire ˆ prŽsider un grand syndicat au QuŽbec, et Rose-Bello Bernard, porte-parole du SPI, ont rencontrŽ son Excellence Monsieur Frantz Liautaud, Ambassadeur d'Ha•ti au Canada, et elles esprent que son intervention auprs du gouvernement ha•tien pourra faire avancer la cause des infirmires ˆ Ha•ti et les possibilitŽs de coopŽration avec leurs consoeurs du QuŽbec, notamment pour faire reconna”tre ˆ son juste titre la profession dĠinfirmire, qui peut jouer un r™le central dans le dŽveloppement de beaucoup de pays en dŽveloppement comme Ha•ti.

 

Statut de lĠinfirmire et droit ˆ la santŽ : une lutte commune

 

En fŽvrier dernier, le Parlement ha•tien ratifiait le Pacte international relatif aux droits Žconomiques, sociaux et culturels (PIDESC) qui vise ˆ lutter durablement contre la pauvretŽ et l'exclusion sociale.

 

Dans la foulŽe de cette ratification importante pour les droits fondamentaux du peuple ha•tien, notamment celui du droit ˆ la santŽ, le SPI, appuyŽ par la FIQ, demande au Parlement d'Ha•ti de faire un pas de plus pour la reconnaissance du travail infirmier comme stipulŽ dans la Convention 149 de l'Organisation internationale du travail (OIT).

 

La rencontre visait donc ˆ interpeller le gouvernement ha•tien afin qu'il ratifie sans tarder cette Convention. Mentionnons qu'une proposition en ce sens a ŽtŽ entŽrinŽe lors du dernier congrs national du SPI. Sous le thme Ç LibertŽ syndicale et promotion des soins infirmiers È, une soixantaine de dŽlŽguŽes provenant de plusieurs communautŽs rurales ont participŽ ˆ ce congrs, ˆ Port-au-Prince.

 

La ratification de la Convention 149 vise notamment la restructuration du systme de santŽ ha•tien en reconnaissant la protection et l'amŽlioration de la santŽ de la population ha•tienne ainsi que l'amŽlioration des conditions de travail du personnel infirmier. Les conditions d'exercice des infirmires en Ha•ti sont trs difficiles, particulirement en zones rurales o l'infirmire est souvent la seule professionnelle de la santŽ ˆ dispenser les soins nŽcessaires ˆ la population.  Ë cet Žgard, la FIQ dŽplore que le Canada figure Žgalement sur la liste des pays non signataires de la Convention.

 

La reconnaissance professionnelle des infirmires d'Ha•ti est un enjeu tout aussi important pour les infirmires du QuŽbec qui, historiquement, ont menŽ des batailles importantes pour la faire valoir. Ç En cette annŽe du 25e anniversaire de la FIQ, c'est avec fiertŽ que nous exprimons notre solidaritŽ ˆ nos consÏurs d'Ha•ti afin qu'elles bŽnŽficient de conditions d'emploi et d'exercice qui puissent soutenir la dispensation de soins de santŽ de qualitŽ offerts ˆ l'ensemble de la population ha•tienne È, souligne RŽgine Laurent, prŽsidente de la FIQ. Ç Les luttes passŽes et ˆ venir sont empreintes des valeurs portŽes par la FIQ qui visent d'abord et avant tout ˆ assurer la valorisation des professionnelles en soins et la pŽrennitŽ du rŽseau public de santŽ È, ajoute madame Laurent.

 

Ainsi, de concert avec le SPI, la FIQ rŽitre le r™le crucial de l'infirmire dans son apport pour une meilleure accessibilitŽ des soins de santŽ offerts ˆ la population en privilŽgiant des soins de proximitŽ au sein des communautŽs locales.

 

Pour le SPI, la ratification de la Convention 149 par le Parlement ha•tien reprŽsente un levier important pour permettre aux infirmires d'Ha•ti de dispenser des soins de qualitŽ ˆ la population et contribuer ˆ l'amŽlioration des conditions sanitaires en Ha•ti. Ç Dans un contexte de reconstruction o le renforcement du systme de santŽ est de la plus haute importance pour l'avenir du pays, le soutien de la FIQ est fort apprŽciŽ È, souligne Rose-Bello Bernard, porte-parole du SPI.

 

Cette coopŽration entre les infirmires du QuŽbec et dĠHa•ti ouvre un nouveau chapitre dans les relations que le QuŽbec peut entretenir avec plusieurs pays en dŽveloppement membres de la Francophonie comme plusieurs pays africains.  Au lieu de concentrer toutes les ressources du c™tŽ de la Croix-Rouge, il serait intŽressant dĠexplorer la piste du syndicat des infirmires en coopŽration avec lĠOrdre des infirmires et dĠautres institutions du monde de la santŽ pour aider Ha•ti ˆ dŽvelopper un systme de santŽ digne de ce nom, dĠautant plus quĠHa•ti a fourni beaucoup de mŽdecins et de membres des professionnels de la santŽ au QuŽbec o certains se sont illustrŽs comme la Docteure Yvette Bony qui a fait la premire greffe de moelle osseuse ˆ une enfant au QuŽbec en 1980 ou les Docteurs Fouron, Blanchard et dĠautres qui ont remportŽ beaucoup de prix pour le QuŽbec.

 

AndrŽe Dubois


 

 

Magazine Transatlantique - octobre 2012