Magazine Transatlantique

5948 Hochelaga

Montréal, Québec, Canada, H1N 1X1

Tél.: 438 843-4438 Téléc.: 514 253-5478

Internet: magazinetransatlantique.com

Courrier électr.: info@magazinetransatlantique.com

 

 

Voyage d'État de la gouverneure générale du Canada Michaelle Jean en Haïti

 

Moise Mougnan

 

Seul chef d'état à faire le déplacement en Haïti pour l'investiture de son homologue le président René Garcia Preval le 14 mai 2006, Michaelle Jean a honoré non seulement le nouvel élu du peuple, mais le pays tout entier .Un pays auquel elle s'y reconnaît fièrement.

Parmi tous les prestigieux et illustres invités, dont le gouverneur de la Floride, Jeb Bush le frère de l'autre, venu représenter personnellement son belliqueux et intraitable aîné, obnubilé et obsédé par le brut irakien que par les relations internationales, la présence de madame Jean au pays de Dessalines, mérite une attention toute particulière, car cela relève d'un caractère hautement historique et symbolique.

En effet, c'est l'une des premières fois dans l'histoire moderne de l'humanité, que deux chefs d'états qui se rencontrent, partagent non seulement une même identité, mais ils ont en   commun un même pays d'origine. Faut-il le rappeler   que la gouverneure générale du Canada, est originaire d'Haïti. Un pays qu'elle porte et transporte dans son âme, dans son coeur et dans son esprit, malgré les contraintes de l'exil qui rendent plusieurs souvent amnésiques.

Forcée de quitter à 11 ans (elle est née le 6 septembre 1957) sa terre natale pour le Canada avec ses parents victimes de la dictature duvaliériste, Madame Jean aura tout au long de son parcours, une brillante carrière d'enseignante et de journaliste, manipulant et parlant avec aisance couramment cinq langues.

Elle se fera remarquer par la finesse de son humilité, par ses compétences variées, par son extraordinaire combativité    , par sa forte personnalité attachante, par son admirable ouverture d'esprit, par son humanisme militant ainsi que par son incontournable intellectualisme. Des vertus et des qualités exceptionnelles qui ont vite convaincu l'ancien premier ministre du Canada, le libéral Paul Martin d'en faire le 27eme gouverneur du Canada le 27 septembre 2005 ( elle a été nommée le 4 août 2005). Un choix judicieux et intelligent salué dans tout le pays, malgré quelques réactions racistes qui n'étaient d'ailleurs guère surprenantes. Michaelle Jean ( qui succède à Adrienne Clarkson ) ,en devenant la première noire chef d'état non seulement du Canada, mais aussi de l'histoire moderne de l'occident ,écrit aussi à sa manière l'une des plus belles pages de l'histoire. Celle de la petite fille d'esclave comme elle aime si bien le dire, représenter aujourd'hui une couronne jadis esclavagiste.

Sa présence donc à l'investiture du président René Garcia Preval, qui ne pouvait guère passer inaperçue ,donne véritablement une valeur ajoutée à l'événement. Une présence qui sera fortement saluée et soulignée tant par le gouvernement intérimaire du duo Gerald Latortue et Boniface Alexandre, que par le président Preval lui-même,ainsi que par le président du Sénat Joseph Lambert.

À Port-au-Prince   ou elle était arrivée le 13 mai à 13 heures,la gouverneure générale qui sera accueilli par les deux intérimaires ,ainsi que par l'ambassadeur du Canada en Haïti   Claude Boucher ,aura un calendrier des plus chargé. Rencontre protocolaire avec les autorités de facto ,au Salon diplomatique de l'Aéroport International Toussaint Louverture,ainsi qu'avec les responsables de la Mission des Nations Unies pour la Stabilité en Haïti ( MINUSTAT) et des coopérants canadiens travaillant en Haïti. Somptueuse réception par la suite avec la communauté canadienne vivant en Haïti, à la résidence officielle de l'ambassadeur du Canada ou elle sera l'hote d'honneur. Elle assistera à la prestation du groupe manitobain Madrigaia (venu spécialement du Canada) qui chantera une chanson en créole, Simbi de l'o (chantée déjà par le même groupe lors de son assermentation   comme gouverneure générale le 27 septembre 2005    C'est d'ailleurs cette dernière qui a appris la chanson au groupe) ainsi que des artistes haïtiens très connus sur la scène internationale, comme le grand maître du tambour Azor et le chanteur James Germain. La chanteuse   Barbara Guillaume, ainsi que l'actrice populaire et fondatrice du Festival International du film haïtien de Montréal Fabienne Colas seront du nombre des invités. Par la suite, elle s'est rendue au Karibe Convention Center, à l'initiative de la chambre de commerce et d'industrie haitiano-canadienne et de la société civile. L'animateur radiophonique montréalais Raymond Laurent était aussi de la partie. Elle a reçu un vibrant hommage de cette chambre présidée par Frantz Liautaud. Le professeur Rosny Desroches, directeur exécutif de l'initiative civile dans son plaidoyer, a demandé au Canada de renforcer sa coopération avec Haïti. Michaelle Jean a répondu d'une manière éloquente à tous ces hommages, dans un langage émotif qui a touché l'assistance. Sa   directive au monde des Affaires est autant directe que limpide<< le moment des gestes concrets, pour des résultats concrets, est venu>> dit-elle. Il faudra pour cela répondre << de toute urgence à l'appel du changement>>

C'est d'un véritable appel au changement qu'il s'agit. .Un changement << Des mentalités, des façons de voir, des façons de faire >>.Elle leur demande de << multiplier les efforts d'investissement dans des secteurs prioritaires qui touchent directement au mieux-être collectif d'Haïti   >>.Haïtienne dans l'âme, elle n'a pas omisse de dire << Je ne serai pas la femme que je suis aujourd'hui si je n'avais pas grand ici >> .Qui dira mieux.

  C'est à l'Université d'État d'Haïti, que la gouverneure générale se sentira véritablement à son aise. Elle   livrera un message de paix et de réconciliation aux futures générations d'intellectuels haïtiens. Ancienne enseignante, elle établira un contact ouvert tant avec le corps administratif, professoral qu'avec les étudiants auxquels elle adressera, un message d'une admirable franchise au ton encourageant. Tout son discours tourne autour du thème de la tolérance qui dit-elle revêt une importance capitale pour l'avenir d'Haïti. Elle citera Koffi Annan pour qui << La tolérance est une vertu qui rend la paix possible >>. Elle fera comprendre que << loin d'être figée une fois pour toutes, la tolérance, qui ne doit pas être condescendance ou absence de règles, voire de principes, nécessite une vigilance de chaque instants. C'est à la fois un travail d'écoute et une ouverture à l'autre. Soit un exercice de réciprocité .Entendre la parole de l'autre et accepter le débat. L'éducation, me semble t-il, est le meilleur moyen de le cultiver et de favoriser une culture de la   paix>>. Elle dira aux étudiants << Je dirais même que vous, jeunes de ce pays et universitaires,   êtes investis de la mission de propager cette culture de la paix   >>.Elle conclura son discours par une très belle citation de son oncle le poète René Depestre (exilé en France)   qui disait que << L'état de poésie est commun à tous les hommes, écrit-il, mais le jour où il doit, sous les insultes et les pierres, se retirer d'un peuple ou d'un individu, il laisse derrière lui (...) des langues mortes sous la hache d'un bourreau. >>

Six recteurs et les représentants des associations de leurs universités respectives, échangeront avec elle, dans une ambiance des plus détendues.   Le recteur Pierre Paquiot, l'un des plus brillants et des plus respectés des intellectuels haïtiens, prononcera le discours d'accueil. L'artiste Bethova Obas, le parolier adulé des universitaires, interprétera sa chanson Gad Devan , qui est un véritable hymne à la paix. L'assistance a été charmée par la sincérité, la simplicité et la franchise avec laquelle s'exprimait la gouverneure générale. Il faut être dans l'enceinte de l'Université ce jour là, pour sentir les pulsations émotives qui se dégageaient dans les regards. Nous pouvons maintenant continuer de rêver en des jours meilleurs pour Haïti, en voyant et en écoutant Michaélle Jean, disait une étudiante, sous le coup d'un envoûtement inattendu.

Michelle Jean, il est vrai, à le don et l'art naturel de la séduction. Mais plus encore, elle croit autant au présent   de son pays d'origine << Haïti a droit à un présent plus digne >>qu'en son         avenir. Elle croit tellement fort à l'avenir de son pays d'origine, qu'elle se permet de s'adresser directement   aux sceptiques << À tous les fatalistes que je rencontrerai sur ma route, je dirai que j'ai confiance >>.Une belle profession de foi, qui redonne espoir à ces étudiants qui désespèrent de leur pays à cause   des querelles politiciennes plus que fratricides. Des chicaneries névrotiques comme diront les québécois, qui déshonorent la révolution haïtienne. L'une des plus belles de toutes les révolutions connues. .

  En Haïti, Michaelle Jean ne peut omettre de rencontrer les groupes de femmes. Elle qui est connue depuis fort longtemps ,pour son combat contre toute forme d'injustice, et en particulier contre le triste sort réservé aux femmes de part le monde.. Il n'est donc pas étonnant de la voir rendre visite au Ministère de la condition féminine et aux droits des femmes. L'accueil est des plus chaleureux et des plus émouvants. La ministre Chancy,       fera longuement l'éloge de celle qui est désormais considérée comme un symbole.   .Le nom de Michaelle Jean, rejoindra désormais celui   de Catherine Flond nous dit une admiratrice de la gouverneure   générale .Catherine Flond faut-il le rappeler est l'un des symboles de la révolution haïtienne. C'est aussi elle, qui a cousu le drapeau national,

Dans l'enceinte du ministère, la gouverneure générale qu'est Michaelle Jean, n'était plus qu'une femme parmi tant d'autres. Une femme parmi d'autres femmes. Une haïtienne parmi d'autres haïtiennes. L'image était forte. L'image parlait d'elle même. Les échanges étaient émouvants. La chaleur humaine qui s'y dégageait, étouffait la suffocante chaleur humide du quotidien port au princien. La militante et artiste Martine Foucand, s'est   mobilisée, pour présenter une délégation de paysanne à madame Jean. Pour elle qui croit à l'école des femmes   << les réalités vécues par les femmes d'Haïti disent tout sur ce pays >>. Elle citera l'exemple de sa grand-mère et de sa mère, deux femmes courageuses qui lui << ont appris que la reconnaissance du droit des femmes passait par la reconnaissance de leurs droits économiques>>. Elle a appris d'elles aussi << à ne pas accepter que les femmes soient exclues de la société>>.Elle a loué l'autonomie financière des femmes haïtiennes. Pour madame Jean << L'avenir d'Haïti passe par les femmes>>. Femme d'Haïti dit-elle fièrement   pour conclure << je vous salue et je vous dis mon affection et mon espoir   pour vous. Je suis votre soeur par la naissance et désormais votre alliée>>

La gouverneure générale rencontrera l'Association des commerçantes du secteur informel (ACSI).On sait que ce secteur a été touché par l'incendie criminel du Marché Tête de boeuf survenu le 31 mai 2005. D'ailleurs la présidente de ce secteur, Madame Marie-Yanick Mezile en fera longuement part à la gouverneure générale. Un incendie qui a ruiné la majorité, pour ne pas dire la totalité de ces femmes vaillantes, qui nourrissent le foyer. Elle est fière de la force des femmes haïtiennes .Elle souligne toutefois que << même lorsqu'elles parlent fort, les femmes ne se font pas toujours entendre>>.

Des chèques seront remis par la gouverneure générale (plus de 200 000 dollars) à cette occasion, pour aider à relancer de nouveau ce secteur lourdement affecté. et aider les commerçantes à reprendre leurs activités. Il faut dit-elle << beaucoup de courage et de détermination pour se relever d'une telle catastrophe>>

À Port au prince, elle rendra la courtoisie   en partageant un déjeuner avec le personnel de l'ambassade du Canada, ainsi que le personnel du Centre de gestion des fonds et de l'unité d'appui au programme de coopération. Elle rencontrera aussi les militaires et les policiers canadiens de la MINUSTAH. Chef d'État du Canada, elle rappellera que son pays d'adoption << entend jouer un rôle de premier plan dans la reconstruction d'Haïti >>. Il faut signaler que d'avril   2004 à   la fin mars 2006, le Canada a octroyer plus de 190 millions de dollars pour des projets de développement en Haïti .Elle félicitera au nom du Canada << le président Preval pour sa victoire convaincante aux dernières élections >>

Partout ou elle passe, l'émotion finit toujours par prendre le dessus. Il n'était donc pas étonnant de voir la gouverneure générale aux larmes. Très attachée aux enfants, elle ne pouvait pas s'empêcher de converser avec la petite Annie Guillemette. la fille adoptive d'un diplomate canadien. Le geste posé par le Canada en faisant de Michaelle Jean son 27 gouverneure honore à jamais ce pays, nous dit fièrement la journaliste haïtienne Karyne Pompilus. Le Canada est désormais perçu en Haïti autrement. L'ambassadeur canadien en Haïti Claude Boucher l'a bien résumé en parlant du voyage de Michaélle Jean en Haïti   comme << une éloquente démonstration de la volonté du Canada d'accompagner Haïti >> et surtout que << c'est un profond symbole des liens uniques qui unissent les deux sociétés>>

Michaelle Jean qui incarne aussi le dynamisme de la diaspora haïtienne, marque par son retour en Haïti les retrouvailles entre la terre mère et ses enfants exilés de force. Un retour qui selon l'intérimaire Latortue << pourra attirer d'autres haïtiens ayant réussi à l'étranger à revenir >>.Entre le 10 eme département (Haïti compte neuf départements. La diaspora est considérée avec raison, comme son dixième département) et le pays, il faudra établir des liens. Des liens qu'il faut désormais solidifiés pour faire renaître Haïti de ses cendres. Un pays jadis appelé la perle des Antilles. Une perle qui hélas a perdu aujourd'hui de son éclat   S'exprimant au nom des canadiens, madame Jean à dit que << Nous voulons tous voir Haïti renaître de la misère et des affres qui l'affligent depuis trop longtemps et reprendre sa place dans la région des Caraïbes >>L'élection du président Preval est un signe prometteur. La présence de Madame Jean à son investiture ce 14 mai aussi.