Louisa Lafable ou la dŽcouverte de la poŽsie rŽunionnaise

 

(LOUISA M.E LAFABLE –ële de LA RƒUNION)

 

Louisa et son recueil-photo de Serge Marizy

 

Faire connaitre lÕële de La RŽunion par la poŽsie, tel est le pari, et surtout le dŽfi de Louisa M.E Lafable. Audacieux pari dans cette AmŽrique du Nord, nombriliste jusquՈ nÕavoir quÕune seule lecture du monde, la sienne bien sžr.  Lecture souvent tripatouillŽe, barbouillŽe  et orientŽe ˆ des fins mercantilistes ou mercenaires.  Les deux allant  toujours de pairs, sont dÕailleurs paires et compres.

CÕest donc dans une logique de rectification toute cartŽsienne, mais surtout crŽole que sÕinscrit la dŽmarche de Louisa Lafable.  Une admirable dŽmarche, qui consiste ˆ donner ˆ ces noctambules de la gŽographie fastfood (concoctŽe toujours ˆ la h‰te)retranchŽes dans leur bulle, un repre ,et surtout une idŽe prŽcise de son ële, et de surcroit par lՎcriture.  Belle initiative, par  une  plume  des plus autorisŽes, riche et raffinŽe en plus.  

Une ële : La RŽunion, ou plut™t un pays beau comme lÕĪil de lÕOcŽan indien, que la poŽtesse tient ˆ  faire dŽcouvrir aux nord-amŽricains.

Partageant son insularitŽ avec les Seychelles, les Comores, Maurice (et Rodrigues qui en fait partie), Madagascar ainsi que toute la c™te est africaine, La RŽunion (que certains-ˆ tord-placent dans les Antilles ˆ cause de son appartenance domtomnienne) est de par ses multiples communautŽs le parfait microcosme du monde.

Africains appelŽs pŽjorativement Cafres (sՎcrit aussi Kafres) par le colon, c™toyant les Zarab (les indiens musulmans), les chinois ou les Zoreils, lÕële des trois cirques (Salazie, Cilaos et Mafate) peut abriter en toute lŽgitimitŽ le sige des Nations unies.

 Le nom actuel mme du pays reflte cette rŽalitŽ (anciennement Mascareignes, puis ële Bourbon et La RŽunion aujourdÕhui baptisŽ ainsi en 1773 par la RŽvolution franaise)  et exprime bien son multiculturalisme.

Originaire de Saint- AndrŽ, la passionnŽe de lՎcriture et des belles lettres  ˆ de qui tenir.

Sa mre offrait, ses possibilitŽs, un dictionnaire ˆ ses enfants. Cela a  ŽtŽ dŽjˆ lՎlŽment dŽclencheur et catalyseur de sa volontŽ de sÕapproprier un univers ou les mots peuvent tre habillŽs ou dŽshabillŽs.

Son recueil de pomes, intitulŽ ˆ juste titre,  Effets Mer ou les empreintes de lՉme publiŽe aux ƒditions Grenier, est un vŽritable dŽlice.  Quarante trois pages, dÕun livre ou la gŽographie se confond avec la rime et le rythme crŽoles. Une langue valorisŽe par une femme de Lettres dont la rigueur paternelle privilŽgie et honore le CrŽole longtemps ostracisŽ, marginalisŽ et boycottŽ par une Žlite dՎcole coloniale doublement condescendante et aliŽnante. Son papa fait partie de ces derniers gramounes pour qui la langue  CrŽole ne doit pas disparaitre au profit du franais.

Jamais un recueil de pomes nÕa autant intŽgrŽ dans ses entrailles la gŽographie et lÕhistoire de son pays que  les vers de Louisa Lafable. Certes le cahier dÕun retour au pays natal est en soi la plus grande encyclopŽdie de tout les temps. Mais cÕest pour la premire fois quÕune Žcriture poŽtique rŽunionnaise rende hommage au pays HŽva et Anchaing, ce couple doublement rŽvolutionnaire est le pendant de RomŽo et Juliette dans la littŽratureÉ.mais plus encore ce couple est le symbole de la lutte pour la LibertŽ. de lÕële.

PrŽfacŽ par lՎcrivain et journaliste togolais Guy V. Amou, les quarante trois pages de ce magnifique recueil de pomes nous invitent ˆ lÕaventure et ˆ la dŽcouverte dÕune ële dont la spŽcifiŽ fait le charme.

Son lancement qui sՎtait fait au CafŽ lÕescalier a drainŽ une centaine de personnes. Les uns connaissant lÕauteure, les autres venus tout simplement rencontrer celle qui est la premire rŽunionnaise ˆ publier un recueil de pomes au Canada. Les mŽdias nՎtaient pas du reste. De MŽdia Mosa•que, le portail dÕinformation sur le net le plus visitŽ ˆ MontrŽal, en passant par le Magazine Transatlantique ou le Magazine diplomat, tous  ont couvert  lՎvŽnement. Il en va de mme de Radio Centre Ville, de Radio Canada Internationale  ainsi que de la Radio communautaire CIBL. La tŽlŽvision de mme.  On ne cite que quelques unes comme Paysage Afro Monde, Noir de Monde (reprŽsentŽe par la charmante et dynamique animatrice Nadine Mbemba) et tant dÕautres encore.

Belle et rebelle, Louisa Lafable a tenu un discours qui a conquis ses invitŽs. Elle a rendu un vibrant hommage ˆ son ële, mais aussi ˆ tous ceux qui se sont battus pour la reconnaissance ˆ part entire et non entirement ˆ part de la langue  CrŽole. La communautŽ rŽunionnaise Žtait venue soutenir leur compatriote, mais la communautŽ ha•tienne sՎtait dŽplacŽe en masse pour soutenir leur sĪur crŽole.

Quant aux africains, ils se reconnaissent chez une sĪur dont lÕële est un continuum.

Trs impliquŽe dans le milieu culturel et le social, on lÕa vu plus  quÕengagŽe dans le comitŽ Le QuŽbec  rend hommage ˆ AimŽ CŽsaire. Ce comitŽ a amenŽ le QuŽbec ˆ rendre un hommage digne de ce nom au chantre de la NŽgritude. Elle ˆ mme Žcrit un pome pour la circonstance. Elle a ŽtŽ membre fondatrice de lÕassociation des rŽunionnais du Canada*. CÕest aussi elle qui a baptisŽ le groupe des canadiens qui ont soutenus le candidat Barack Hussein Obama lors de sa campagne. Depuis lors, Yes We Can Canada est devenue une rŽalitŽ incontournable.

Pays des Vergs (Paul, Franoise et surtout le plus connu lÕavocat Jacques ), de Raymond Barre, la RŽunion ce fut dÕabord le pays de la grande CŽlimne, du gŽnie Edmond Albius, de Roland Garros, du pote ƒvariste de Parny, de Leconte de Lisle, Auguste Lacaussade, de Juliette Dodu, mais aussi de RenŽ Lacaille,de Davy Sicard (rŽcemment en concert aux Festival de Jazz de MontrŽal de cet ŽtŽ)É.

DŽsormais, cÕest le pays de Louisa Lafable. Une poŽtesse qui a honorŽ la RŽunion par lՎcriture.

 

Magazine Transatlantique
5948 Hochelaga
MontrŽal, QuŽbec, Canada, H1N 1X1
TŽl.: 514 253-5478
TŽlŽc.: 514 253-5478
Internet: /index.html
Courrier Žlectr.: info@magazinetransatlantique.com