Accueil

Magazine Transatlantique

Le développement, la francophonie,
le monde et nous
  Tél.: 438 843-4438    Télécopie: 514 253-5478  Contactez-nous

Le réalisateur du film Rebelle Kim Nguyen est récompensé au 9e Festival International du Film Black de Montréal

Par Moïse Mougnan

 

Son film rebelle relatant la vie d'une enfant soldat, et mettant en scène Rachel Mwanza et Serge Kanyinda deux jeunes acteurs congolais, lui a valu de prestigieux prix et des nominations à travers la planète.

Cet ancien étudiant de l’Université Concordia ( à Montréal ) en production cinématographique, s'est spécialisé en technologies de pointe en cinéma numérique, ainsi qu'en cinématographie de l'Université de Montréal.

Fasciné par l'écriture des scénarios, il acquiert une formation de scénariste tout en développant ses connaissances en photographie, et en photographie numérique. Il occupe un poste de professeur à l'Institut de création artistique et de recherche en infographie à Montréal (ICARI) où il enseigne aussi l'art de la cinématographie et de la scénarisation.

Rachel Mwanza et Serge KanyindaRachel Mwanza et Serge Kanyinda en effet, se sont vus décerner le prix de la meilleure actrice , et du meilleur acteur de soutien, tandis que Kim Nguyen, celui de la meilleure réalisation et du meilleur scénario.

La jeune actrice, a donné véritablement un cachet particulier et touchant à cette fiction qui frôle la réalité.

Sa brillante interprétation du personnage de Komona, une esclave sexuelle d'un chef de guerre, qui raconte son enfer à sa fille à naître ( fruit d'un viol ), a rendu célèbre ce film inspiré de la vie réelle des frères jumeaux birmans Johnny et Lutter Htoo, mais transposée en Afrique. Ces jumeaux, sont déifiés par les rebelles en conflits armés depuis des décennies contre les autorités du Myanmar ( actuelle appellation de la Birmanie). La jeune actrice Congolaise, était déjà cochée et cooptée par le réalisateur belge Marc-Henri Wajnberg pour son excellent documentaire Kinshasha Kids . Ce documentaire, qui parle du drame des enfants de la rue, communément appelés Shégué , retrace leur quotidien, et montre comment ils ont appris très tôt à survivre dans la jungle urbaine de Kinshasha, la capitale de la république démocratique du Congo . Kinshasha qui compte plus de 12 millions d'habitants, est aussi la grande métropole francophone après Paris.

Kim Nguyen, n’avait donc aucune difficulté a trouvé la perle rare dont l’éclat a fini par faire étinceler son film. De récompenses en nominations, dont celle de semi-finaliste de l'Oscars 2013 du meilleur film en langue étrangère.

Partout ou le film Rebelle passe, les critiques sont unanimes pour saluer le travail du jeune réalisateur québécois, dont le père un mathématicien d'origine vietnamienne ( de mère québécoise, une Berubé d'Amqui dans la vallée de la Matapédia) est venu étudier au Canada grâce au plan de Colombo ( du nom de la capitale Sri-Lankaise ) . Ce plan, est un programme de développement économique des pays membres du Commonwealth, qui consistait à permettre aux jeunes des pays du Sud dans les années 50 à poursuivre leurs études dans les pays nantis, dont le Canada en fait partie.

Beaucoup de jeunes vietnamiens en ont particulièrement bénéficié, et la majorité ont préféré s'établir dans ces pays après la fin de leur scolarité que de rentrer dans leur pays d'origine . Le père de Kim Nguyen fait partie de ce lot.

Sa famille paternelle, a aussi connu les affres de la guerre civile, et des interventions étrangères au Vietnam, d'où son intérêt pour la guerre, un sujet qu'il connaît bien dans sa chair.

Talentueux et ambitieux, son premier long métrage intitulé, Le Marais lui a valu deux nominations auxJutra à sa sortie en2003 (meilleur film et meilleur scénario). Rebelotte avec Truffe (primé au Festival de Karlovy Vary) et ensuite La Cité.
Ce dernier a eu pour cadre la Tunisie. C'est dire que l'Afrique quelque part l'a déjà interpellé.

Le Festival International du Film Black de Montréal , qui tient d'après sa fondatrice, madame Fabienne Colas à faire connaître comme son nom l'indique le cinéma d'ascendance ou de descendance africaine, a t-il tenu compte de cet aspect pour souligner à sa manière le travail de Kim Nguyen.

Cela semble être le cas. Car même si son implication dans l'humanitaire est relative, contrairement à Dany Glover, en dehors de son film, le Festival International du Film Black de Montréal , a tenu quand même à lui décerner un prix nouvellement crée.

Un prix qui vise à récompenser un(e) Canadien(ne) pour ses efforts exceptionnels de sensibilisation aux réalités noires. C'est le PRIX AVANT-GARDE 2013 qui lui a été attribué à la clôture du 9e Festival International du Film Black de Montréal qui s'était déroulé du 18 au 29 septembre. Il est vrai que Kim Nguyen a mis en lumière les atrocités de la guerre civile au Congo ( R.D.C), et l'utilisation des enfants à des fins mercenaires.

Retour