Accueil

Magazine Transatlantique

Le développement, la francophonie,
le monde et nous
  Tél.: 438 843-4438    Télécopie: 514 253-5478  Contactez-nous
Retour

L’Université de Montréal et l’espace francophone

Par
Pr. Guy Lefebvre, vice-recteur aux relations internationales et à la Francophonie


Le français comme langue du savoir est au cœur des valeurs de l’Université de Montréal (UdeM). En 1961, l’UdeM s’imposait comme membre fondateur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), dont le siège social est situé sur notre campus. Aujourd’hui, l’AUF compte plus de 800 établissements situés dans près d’une centaine de pays.

L’UdeM, qui occupe une place de choix sur l’échiquier mondial, s’impose depuis longtemps comme une force vive de la Francophonie. Dans un article récent du journal Le Devoir, je déclarais qu’il nous fallait en faire plus et que l’on « a le devoir de contribuer à la promotion et à diffusion de la pensée francophone. Notre objectif c’est de faire valoir le fait français, la diversité culturelle et une meilleure compréhension des cultures. D’ici 2060, d’après l’organisation internationale de la Francophonie, il devrait y avoir près de francophones et francophiles sur la Terre`. À l’UdeM on souhaite jouer un rôle dans la croissance de cette population-là ». 1

Parmi les éléments importants de notre stratégie internationale, citons ici deux exemples d’initiatives, dont l’une a déjà débuté : le recrutement international et le G3.

S’agissant du recrutement international, notre objectif principal, pour les prochaines années, en est un de diversification.  Pour ce faire, nous comptons mettre sur pied des filières visant l’intégration des étudiants non francophones, filières qui leur permettront de parfaire leurs connaissances du français et, en même temps, de suivre les cours nécessaires à leur intégration à un programme régulier après une certaine période de transition.  Notons que le programme régulier aura été choisi par l’étudiant et approuvé par l’UdeM avant son arrivée à Montréal.  La planification de nos activités de recrutement prendra en compte ce désir d’attirer en nos murs des étudiants d’horizons plus divers.  Les zones géographiques ciblées seront en lien avec l’ensemble de nos actions à l’international et comprendront notamment : les autres provinces canadiennes, les États-Unis, les régions / pays européens où l’on retrouve une proportion significative de francophiles (Allemagne, Flandres, Suisse alémanique, certains pays d’Europe de l’Est, etc.), les grands pays d’Amérique Latine, la Chine, la Corée du Sud et le Viêt-Nam.

La deuxième initiative, ayant déjà débuté il y a deux ans, visait à  mettre sur pied le G3 d’universités francophones d’enseignement et de recherche. Ce G3 est composé de trois grandes universités généralistes de la Francophonie : l’Université libre de Bruxelles, l’Université de Genève et, bien entendu, l’Université de Montréal. Il est appelé à mener des actions communes de haut niveau, ce qui lui permettra de contribuer au dynamisme et au rayonnement de la Francophonie en matière d’enseignement supérieur et de recherche. L’objectif est de faire du G3 une référence incontournable dans le monde universitaire. Parmi les actions générales à entreprendre, signalons :

*****

Au moyen de ces initiatives et de plusieurs autres « on veut que, partout dans le monde, l’Université de Montréal soit considérée comme un exemple à suivre en matière d’enseignement supérieur francophone et on travaille très fort pour y parvenir »2.

1 Émilie Corriveau, Le Devoir,  14 mars 2015, http://www.ledevoir.com/societe/education/434171/universite-de-montreal-valoriser-davantage-son-caractere-francophone

2 Id.

Retour