Accueil

Magazine Transatlantique

Le développement, la francophonie,
le monde et nous
  Tél.: 438 843-4438    Télécopie: 514 253-5478  Contactez-nous
Retour

Pour l’intérêt de la Francophonie, il faut que la France dont le Premier Ministre vient de visiter le Canada, soutienne avec le gouvernement du Canada les efforts du president Obama pour démocratiser le Congo Kinshasa, deuxième pays francophone du monde, et qui sera le Premier avec 200 millions d’habitants en 2050, pays ayant le plus grand potentiel économique de l’Afrique où des entreprises canadiennes ont des intérêts miniers de 5 milliards de dollar et région d’origine de Mathieu Dacosta co-fondateur du Canada en 1604 et des esclaves qui ont créé à Congo-Square à la Nouvelle-Orléans, les bases de la musique américaine moderne qui a transformé la culture populaire américaine devenue afro-occidentale et qui a abouti à l’élection du Président Obama.

Par
Kanyurhi T. Tchika, analyste politique occasionnel pour la Voix de l’Amérique qui le considère comme spécialiste de relations inter-raciales aux États-Unis et de l’Afrique, président du Magazine Transatlantique, auteur du livre « Aperçu de l’apport de l’Afrique et de sa diaspora du monde », personnalité de La Presse/Radio-Canada pour la semaine du 27 février 2012 pour avoir fait nommer une place en hommage à l’esclave Marie-Josèphe Angélique.

Premier Ministre Couillard, Premier Ministre de la France Valls, Premier Ministre Trudeau
Premier Ministre Couillard, Premier Ministre de la France Valls, Premier Ministre Trudeau
Le 29 juin 2016 la veille du 56éme anniversaire de l’indépendance du Congo, j’ai croisé le président Obama au Sommet des Leaders nord américains. J’ai alors pensé à l’assassinat de l’archevêque Munzihirwa de Bukavu le 29 octobre 1996 qui pour plusieurs a été le début de l’absurde guerre au Congo. La Voix de l’Amérique m’avait chargé, le 17 mai 1997, de la mission délicate de présenter monsieur Laurent Kabila, un ancien rebelle marxiste manipulé par le régime dictatorial et ethniste du Rwanda à ses nouveaux administrés du Congo dont il ne connaissait pas grand chose et qui ignoraient presque tout de lui. Le régime du Rwanda avait réussi à faire croire au gouvernement américain que ses rebelles étaient des nationalistes et démocrates congolais combattant le régime de Mobutu malade soutenu par la France alors qu’il ne voulait que la destruction du Congo pour s’emparer de la partie est du pays et de ses richesses naturelles. Ce fut le début d’une guerre de près de 20 ans qui a fait des viols et plus de 7 millions de morts dont les archevêques Munzihirwa et Kataliko ainsi que le personnel et les malades de l’hôpital de Lemera. La guerre a aussi désorganisé totalement le Congo et toute son économie qui était la première de l’Afrique jusqu’en 1974 lors du célèbre combat Ali-Foreman. Après l’assassinat du président Laurent Kabila en 2001, une classe politique incompétente et inconsciente l’a remplacé par son fils Joseph Kabila, 29 ans dont d’aucuns pensent qu’il a été adopté. D’aucuns avancent que les malheurs du Congo ont commencé avec la colonisation belge qui a commis un génocide, a crée l’Apartheid au Congo et a eu le culot de faire assassiner le 17 janvier 1961 le Premier Ministre Lumumba père de l’indépendance du pays après l’avoir fait déclarer communiste pour lui enlever le soutien du gouvernement américain.

Tchika avec Monsieur Ayrault Ministre des Affaires Étrangères de la France et Ex Premier Ministre
Tchika avec Monsieur Ayrault Ministre des Affaires Étrangères de la France et Ex Premier Ministre
Comme en 1960 contre les Belges, le peuple congolais a aujourd’hui l’appui du gouvernement américain pour se débarrasser du régime de Kabila qu’on peut remplacer par un gouvernement transitoire issu de la société civile et comprenant au moins 30% de femmes capable de réorganiser politiquement et économiquement le pays et de préparer des elections credibles sans la participation de ses membres.

Le 12 février 2015 j’écrivais dans le quotidien Le Devoir : " Le roi des Belges Léopold II s’est illustré par sa cruauté et sa cupidité en faisant exterminer au Congo des populations. Il a fait couper des mains à des individus qui n’avaient pas apporté les quantités promises d’ivoire ou de caoutchouc. Léopold II, considéré comme le modèle du dictateur Mobutu, qui a régné de 1965 à 1977, avait en 1885 fait convoquer la Conférence de Berlin pour que le chancelier allemand Bismarck l’aide à forcer les autres pays européens à respecter ses prétentions sur le Congo. Ce fut le début de la division coloniale de l’Afrique."

M. Tchika avec le Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa
M. Tchika avec le Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa
En 1908, le roi concéda ses droits sur le Congo à la Belgique qui exploita le plus grand potentiel économique de l’Afrique en instaurant un système de discrimination raciale dont s’inspirerait l’Afrique du Sud pour créer l’Apartheid. notons que dans le système français, les Africains allaient à l’université et pouvaient exercer de hautes fonctions. Le Congo belge a fourni aux États-Unis l’uranium qui a fabriqué la première bombe atomique américaine en 1945. Cela n’a donné aucun droit aux Congolais alors que grâce au Guyanais noir Félix Eboué, gouverneur général de l’Afrique-Équatoriale française, les colonies françaises ont eu le droit de vote après la Deuxième Guerre mondiale et les colonies anglaises ont reçu l’autonomie interne.

Pourtant, le Congo a apporté plus au monde que la Belgique, comme le souligne en partie l’historien David Van Reybrouck dans son livre Congo (Ecco, 2010). Il a fourni notamment le système de calcul d’Ishango, le plus vieux du monde 8000 ans, la formation du peuple bantu et son humanisme, Ubuntu, que vante le président Obama, la participation de Mathieu Dacosta à la création du Canada en 1604 et la transformation de la culture populaire américaine grâce à la musique de Congo Square en une culture afro-occidentale qui a conduit à l’élection du président Obama.

Docteur Mukwege Prix Sakharov 2014
Docteur Mukwege Prix Sakharov 2014
En 2010, grâce au cardinal Monsengwo archevêque de Kinshasa et au Docteur Denis Mukwege, qui soigne les femmes violées à l’est du pays et qui a reçu le prix Sakarov de l’Union européenne, à des groupes de femmes de l’est du pays dirigés par des dames courageuses comme Masika Bihamba, Solange Lusiku, et Julienne Lusenge et a une partie de la diaspora congolaise le président Obama a fait passer, dans sa loi des finances, une disposition sur la protection des richesses naturelles du Congo en se souvenant probablement de ce que son pays doit au Congo qui a fourni l'uranium à la base de la première bombe atomique américaine et la musique. En 2013, il a obligé le président du Rwanda de cesser de se mêler des affaires du Congo et le 8 juillet 2014, il a signé un decret pour sanctionner tous ceux qui s’opposent à la démocratisation du Congo y compris le président Kabila. Des sanctions ont déjà été prises contre des généraux proches de Kabila. Bientôt il sera probablement lui-même frappé parce que d’aucuns pensent que le president Obama veut que le Congo soit libéré de la dictature actuelle avant la fin de son mandat. Comme en 1960 contre les Belges, le peuple congolais a aujourd’hui l’appui du gouvernement américain pour se débarrasser du régime de Kabila.

Christophe Munzihirwa
Christophe Munzihirwa
Le Congo-Kinshasa est le deuxième pays francophone du monde, avec près de 70% de francophones sur 90 millions d'habitants et qui sera le premier en 2020 et aura 200 millions d’habitants en 2050. Un ministre congolais, au Sommet de la Francophonie de Madagascar de 2016, a été le porte-parole des régimes qui violent leurs constitutions. Si le Congo avait un régime normal, le président Kabila serait venu faire ses adieux aux autres chefs d’État et réclamer la co-gestion du leadership de la Francophonie pour son pays avec la France en investissant plus d’argent et en demandant plus de places dans TV5 qui avait supprimé son Journal Afrique durant les Jeux Olympiques de Rio de 2016 et où l’émission “300 millions de critiques “ qui prétend traiter de la culture dans la Francophonie n’invite aucun journaliste de Kinshasa devenue la plus grande ville francophone du monde et qui est très créative. Il faut aussi des places pour les Congolais et d’autres Africains à l’Académie française qui a admis l’écrivain canado-haïtien Dany Laferrière qui n’a pas la nationalité française. Le Congo à créé, en partie, à l’Est du pays le Swahili, la plus grande langue africaine avec plus de 200 millions de locuteurs presque autant que le français et qui a été admise comme langue de travail à l’Union Africaine où le Congo devrait fournir des traducteurs français-swahili. Le lingala, langue de Kinshasa et de l’Ouest du pays est en grande partie la langue du Rite catholique congolais, mis au point par l’Abbé Mulago et le Cardinal Malula, agréé en 1988 par le Vatican et qui se répand meme au Brésil au Canada et en Europe au point que le pape François l’a utilisé pour ses messes principales à Bangui et à Nairobi lors de sa première visite en Afrique en 2015. Le Lingala est aussi la langue de la musique congolaise la plus importante d’Afrique et cousine de la musique américaine moderne née à Congo Square à la Nouvelles Orléans où il serait important de créer un centre culturel africain comme il faut transformer le stade du combat Ali-Foreman en un musée Muhammad Ali sur les relations entre l’Afrique et l’Amérique.

Boutros Boutros Ghali avec Tchika
Boutros Boutros Ghali avec Tchika
Au Sommet de la Francophonie de Dakar de 2014, ignorant l’importance de son pays, le president Kabila a laissé au Canada et à la France le droit de proposer la nouvelle Secrétaire générale après des erreurs du gouvernement du Congo-Brazzaville. Le Sommet de la Francophonie d'octobre 2012 à Kinshasa fut un échec parce que le Canada, la France et la Francophonie n’ont pas pu imposer la volonté populaire d’un gouvernement issu de la société civile et comprenant au moins 30% de femmes, ayant la capacité de mettre fin à la guerre et aux viols à l'Est du pays, de provoquer le développement économique et de civiliser les relations entre M. Kabila et son opposition comme Kanyurhi T. Tchika l’avait proposé dans le quotidien le Soleil du 5 juillet 2012. Il serait important qu’au nom de la Francophonie, la France et le Canada soutienent le projet du president Obama de democratisation du Congo en remplacant le president Kabila par un gouvernement d’union nationale tel que proposé en 2012 et qui sera chargé de mettre de l’ordre dans la gouvernance du pays et dans son économie et d’organiser des élections crédibles dans une année sans la participation des membres du gouvernement transitoire. Comme en Chine ou, grâce aux investissements étrangers bien gerés avec des entreprises locales, le Congo peut provoquer son développement économiques et reprendre sa première place en Afrique. Le manque d’entente entre la France et les États-Unis a permis l’arrivée au pouvoir de Kabila père. C’est une erreur à corriger. Une réunion présidée par le Cardinal Monsengwo et le Docteur Mukwege les deux personnalités les plus influentes au Congo avec la société civile, les partis d’opposition et le gouvernement avec l’appui du ministre Ayrault de la France, Stéphane Dion du Canada et du Secrétaire d’État Kerry des États-Unis qui est francophone et catholique comme la majorité du peuple congolais qui a produit aussi la prophétesse Kimpa Vita la fondatrice de la première Église évangélique du monde exécutée en 1706 et dont les enseignements ont été introduits au États-Unis par les esclaves de Congo Square qui ont changé la religion et la musique américaines, peut ouvrir des nouvelle pistes pour l’avenir du Congo et le remettre sur les rails de l’histoire.

Si le Congo existe encore malgré l’incompétence et l’inconscience de la grande partie de sa classe politique, c’est grâce au grand patriotisme de sa Société civile qui se renouvelle grâce à de nouveaux mouvements de jeunes comme la Lucha et Filimbi. L’unité du Congo s’articule autour du grand fleuve Congo, vecteur des civilisations qui s’illustre par les ressemblances entre le swahili la langue de l’Est du pays et le kikongo de l’Ouest, langue du celébre Royaume du Congo dont les ressortissants ont fini par transformer les Amériques.

Comme au Bénin, on peut amnistier le président Kabila et lui donner un statut d’ancien président à condition qu’il collabore pour rendre justice aux millions de victimes.

Monsieur Tchika avec l’ex Président du Bénin Boni Yayi
Monsieur Tchika avec l’ex Président du Bénin Boni Yayi
Alors président de l’Union africaines en 2013
Justine Masika Bihamba
Justine Masika Bihamba
Prophétesse Kimpa Vita
Prophétesse Kimpa Vita
Julienne Lusenge
Solange Lusiku
Solange Lusiku
Patrice Lumumba
Patrice Lumumba
Emmanuel Kataliko
Patrice Lumumba
Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta
Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta

Retour