Accueil

Magazine Transatlantique

Le développement, la francophonie,
le monde et nous
  Tél.: 438 843-4438    Télécopie: 514 253-5478  Contactez-nous
Retour

Les États-Unis, l’Afrique, et le Congo-Kinshasa après la présidence de Barack Obama

Par
Kanyurhi T. Tchika, président du Magazine Transatlantique, analyste politique occasionnel pour la Voix de l’Amérique, auteur du livre « Aperçu de l’apport de l’Afrique et de sa diaspora du monde », personnalité de La Presse/Radio-Canada pour la semaine du 27 février 2012 pour avoir fait nommer une place en hommage à l’esclave Marie-Josèphe Angélique.


Prophétesse Kimpa Vita
Prophétesse Kimpa Vita
Le 8 novembre 2016 à la surprise générale et même des maisons de sondage, Donald Trump a été élu président des États-Unis d’Amérique.

D’aucuns ont parlé de l’échec du président Obama qui avait soutenu madame Hillary Clinton. On semble oublier qu’Obama a fait ses deux mandats constitutionnels et même avec plus de 50% de vote populaire.

Le président Obama que j’ai eu le plaisir de croiser le 29 juillet 2016, a mis fin au préjugé de couleur issu de l’Esclavage en s’acquittant de façon très brillante de la fonction de chef de la plus grande puissance mondiale.


Katherine Johnson a reçu la médaille présidentielle de la Liberté en 2015, des mains du président Barack Obama https://fr.wikipedia.org/wiki/Katherine_Johnson - cite_note-JDM-7
L’évenement du 8 novembre fut donc un échec du clan Clinton qui a beaucoup d’ennemis auxquels même le president Obama n’avait pas pensé d’autant plus que certains d’entre eux avaient voté pour lui dont les jeunes qui avaient soutenu le candidat Bernie Sanders lors de la sélection du candidat démocrate à la présidence. Révoltés par les révélations contre madame Clinton sorties grâce au piratage des services russes, ils ont décide de ne pas aller voter. Les femmes blanches qui elles aussi avaient soutenu Obama ont refusé d’appuyer madame Clinton en la rendant complice des infidélités de son mari qu’elle a pardonnées pour former une dynastie politique comme celle des Bush sous pretexte d’être la première femme à devenir présidente des États-Unis. Le Président Obama a souligné qu’il faut être de mauvaise foi pour penser que rien n’a changé aux États-Unis dans les relations raciales depuis plusieurs années et surtout durant ses deux mandats. Comme certains spécialistes, j’ai soutenu depuis longtemps que l’arrivée du Président Obama allait provoquer une réaction de mouvements racistes qui considèrent cet événement comme la preuve de leur échec. La plupart des actes commis contre les Noirs et d’autres minorités doivent être considérés comme des combats d’arrière-garde au moment où grâce aux Noirs et à d’autres minorités la société américaine s’est transformée et que dans une vingtaine d’année les Blancs seront minoritaires. Sans le mouvement anti-Clinton, les racistes et leurs allies n’auraient jamais pu faire élire Donald Trump.

Les esclaves ont crée à Congo-Square à la Nouvelle-Orléans, les bases de la musique américaine moderne qui a transformé la culture populaire américaine devenue afro-occidentale et qui a abouti à l’élection du Président Obama.

Monsieur Tchika avec l’ex Président du Bénin Boni Yayi
Monsieur Tchika avec l’ex Président du Bénin Boni Yayi Alors président de l’Union africaines en 2013
Souvent quand on parle de Noirs américains, on a tendance à oublier qu’ils ne forment que moins de 15% de la population américaine alors qu’au Brésil les Noirs represent 52 % mais ils n’ont aucun pouvoir. L’influence des Noirs américains est telle que plusieurs personnes pensent souvent qu’ils représentent plus de 30% de la population, surtout si on se rend compte de leur présence à la télévision, dans la musique, la religion, les sports et maintenant de plus en plus en politique et dans les affaires, surtout après l’arrivée du Président Obama. Depuis que les États-Unis ont racheté la Louisiane à Napoléon en 1803 après sa défaite en Haïti devant les troupes du Général Dessalines, né en Guinée les esclaves surtout ceux qui venaient de l’ancien Royaume du Congo, inspirés par les enseignements de la prophétesse Kimpa Vita exécutée en 1706 pour avoir fondé son Église, ont mélangé des rythmes africains aux cantiques chrétiens qu’ils connaissaient déjà dans leur pays déjà christianisé. Cette opération s’est déroulée surtout le dimanche après-midi, la seule journée où les esclaves n’avaient pas de corvées et pouvaient aller danser et chanter à un endroit qu’ils ont baptisé Congo Square. Ce mouvement a donné naissance à une nouvelle musique dont sont issus le Jazz et le Blues comme le souligne une pancarte collée sur Congo Square. Rosetta Tharpe, imitée par Elvis Presley Les Beatles et les Rolling Stones, a été récemment reconnue comme l’initiatrice du rock n roll et a été intronisée au Temple de la renommée. Après l’apparition des Églises noires comme celle de Charleston en 1819, il y a eu les Negro Spirituals et le Gospel qui ont été transmis aux Églises protestantes blanches, surtout évangéliques.

Étienne Tshisekedi
Étienne Tshisekedi
Avec le Mouvement de Droits civiques conduit par Martin Luther King, les Noirs ont fini par avoir leurs droits aux États-Unis et aujourd’hui, plus personne ne doute que la musique américaine qui se répand dans le monde entier vient des anciens esclaves africains. Dans le domaine économique les Noirs américains n’ont commencé à prendre leur place qu’au début des années 1990 en dirigeant des entreprises comme American-Express, Time Warner, propriétaire de la célèbre télévision CNN, City Bank et même plus récemment la NASA avec le Général Charles Bolden et dont le film Les Figures de l’Ombre a permis de faire connaître madame Katherine G. Johnson mathématicienne et ingénieure spatiale américaine noire qui a contribué aux programmes aéronautiques et spatiaux notamment à l’envoi du premier homme dans l’espace et sur la Lune en 1969.

Le Congo qui va se démocratiser aura 200 millions d’habitants en 2050 et peut avoir une grande contribution à l’Union africaine qui vient d’élire comme président en exercice le président Alpha Condé de la Guinée l’une des héritières de l’ancien Empire du Mali et qui devrait faire produire des documents sur un Islam tolérant et renforcer les relations avec l’Amérique.

Alpha Condé
Alpha Condé président de la Guinée et président en exercice de l’Union Africaine
A l’international le président Obama a renoué avec Cuba et l’Iran : ce qui a poussé le chef de l’Église orthodoxe russe pour la première fois depuis 1054 à rencontrer le pape François à Cuba. Le président Obama a presque mis fin à la guerre au Congo en obligeant le président du Rwanda à ne plus se mêler des affaires internes du Congo et a voulu, par le décret du 08 juillet 2014, démocratiser le Congo Kinshasa deuxième pays francophone du monde et qui sera le premier en 2020 et qui aura 200 millions d’habitants en 2050 selon le Bureau des États-Unis sur l’étude de la population en aout 2016 et ayant le plus grand potentiel économique du continent, et oú des entreprises canadiennes ont plus de 5 milliards d’intérets miniers. Le Congo a gagné en février 2016 le championnat d’Afrique des Nations de football (CHAN) au Rwanda comme en 1959 les Congolais avaient gagné un match contre les colons belges, une victoire qui a ouvert la voie à l’indépendance du pays par Patrice Lumumba avec l’appui des Etats-Unis qui les remerciaient pour l’Uranium de la première bombe atomique et d’avoir libéré l’Ethiopie de l’occupation italienne en 1941 et d’avoir chassé les Allemands du Burundi du Rwanda et meme de la Tanzanie à Tabora en 1917.

M. Tchika avec le Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa
M. Tchika avec le Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa
Le Congo a apporté plus au monde que la Belgique, comme le souligne en partie l’historien David Van Reybrouck dans son livre Congo (Ecco, 2010). Il a fourni notamment le système de calcul d’Ishango, le plus vieux du monde 8000 ans, la formation du peuple bantu et son humanisme, Ubuntu, que vante le président Obama, la participation de Mathieu Dacosta à la création du Canada en 1604 et la transformation de la culture populaire américaine grâce à la musique de Congo Square en une culture afro-occidentale qui a conduit à l’élection du président Obama.

congosquare
Congo Square
Le Congo va se démocratiser grâce à l’intervention sa puissante Église Catholique la plus importante d’Afrique, représentant plus de 60% de la population, et dont la Conférence des évêques est dirigée par Monseigneur Utembi, archevêque de Kisangani, ville de Jean-Pierre Finant, de père belge et père de la regrettée chanteuse Abéti et qui avait donné un fief électoral à Lumumba et a sauvé l’unité du pays en 1960, en refusant de s’associer au complot belge de la Sécession kantangaise. Il existe un accord entre l’opposition dirigée par le regretté Étienne Tshisekedi et le president Kabila pour des élections avant de la fin de l’année 2017 auxquelles il n’est pas autorisé à se présenter. Il faut rapidement organiser des obséques nationales pour monsieur Tshisekedi dont j’ai fait passer le fils Félix Tshisekedi à la Voix de l’Amérique, grâce au journaliste Timothée Donangmaye et qui est proposé pour devenir Premier Ministre de transition. Il importe de déjouer les mauvaises intentions de personnes qui veulent profiter du départ du president Obama pour saboter la democratisation du Congo. On peut compter sur le nouveau Secrétaire general de l’ONU Antonio Guterres qui connait bien l’Afrique et le Congo et sur le Pape François qui n’oublie pas l’importance du Congo grace au Cardinal Monsengwo qui représente l’Afrique dans son Conseil special de 9 cardinaux.

Rosetta Tharpe
Rosetta Tharpe
Si le Congo existe encore malgré l’incompétence et l’inconscience de la grande partie de sa classe politique, c’est grâce au grand patriotisme de sa Société civile qui se renouvelle grâce à de nouveaux mouvements de jeunes comme la Lucha et Filimbi. L’unité du Congo s’articule autour du grand fleuve Congo, vecteur des civilisations qui s’illustre par les ressemblances entre le swahili la langue de l’Est du pays et le kikongo de l’Ouest, langue du celébre Royaume du Congo dont les ressortissants ont fini par transformer les Amériques.

Monseigneur Utembi
Monseigneur Utembi
Il est regrettable que le gouvernement du Congo n’ait même pas souligné la mort de Muhammad Ali 2016, alors qu’il a fait connaitre le pays dans le monde entier et au moment ou il était encore le pays le plus riche et le plus puissant d’Afrique avant que des erreurs politique économique et une guerre absurde ne le détruisent. Nous avions fait une émission avec la Voix de l’Amérique sur les 40 ans de ce combat en 2014. Il faut transformer l’ex stade du 20 mai en un musée Muhammad Ali sur les relations entre les États-Unis et l’Afrique. Avec à la tête de l’Union Africaine, le président Alpha Condé, un intellectuel ayant vécu en exil en Occident et que j’ai eu le plaisir de le croiser, héritier de l’ancien Empire du Mali qui avait envoyé plus de 60.000 pélerins en 1324 à la Mecque avec l’Empereur Kanka Moussa et des explorateurs plusieurs années en Amérique avant Christophe Colomb. 1492, il faut produire des documents sur l’Islam tolérant pour un dialogue des civilisations après le drame du 11 septembre 2001 à New York et l’attentat de Québec du 29 janvier 2017 contre une mosqué et renforcer les relations entre les États-Unis et l’Afrique pour prouver que le passage du président Obama n’a fait que conforter un lien déjà très ancien et indestructible.

Antonio Guterres Secrétaire général de
Antonio Guterres Secrétaire général de l’ONU
Monsieur Tchika avec M Enrico Letta
Monsieur Tchika avec M Enrico Letta ancien 1er Ministre de l'Italie ayant nommé madame Kyenge d’origine congolaise, ministre alors qu’on se souvient que le Royaume du Congo avait des relations diplomatiques avec le Vatican depuis 1506
Muhammad Ali au combat de Kinshasa en 1974
Muhammad Ali au combat de Kinshasa en 1974

Retour